Archives de Catégorie: Plage et bord de mer

La plage


Ca y est l’automne est finie, vive le printemps ! On peut a nouveau enlever son t-shirt pour se mettre a bronzer torse nu sur le toit ou aller tremper les pieds dans l’ocean…

Du coup la plage de SF, la vraie, la grande, sur le Pacifique, a part de loin ou de haut, vous ne l’avez pas vue encore ? Une plage immense ou il fait bon se promener avec d’un cote un parc encore plus grand et un zoo, de l’autre une falaise avec le Golden Gate Bridge qui montre son nez. Dessus, des surfeurs du dimanche, des joueurs de musique, des promeneurs de chiens, des potes qui jouent au frisbee ou au football, des bbq sauvages et des baigneurs temeraires.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The dark side of the bridge


Je trouve qu’on ne l’a pas assez vu ce joli pont, alors je resert une tournée de rouge.

Le voici by night, pris depuis Fort Baker au raz de l’eau, un ancien fort pour protéger la cote ouest des invasions de sécessionnistes et de produits chinois au XIIIeme siècle, et maintenant reconverti en base de gardes-cotes. Pour les experts on est coté Sausalito, le St Tropez local.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Another basic


A SF le Lindy il est chez lui. J’en ai refait timidement la première fois lorsque je suis tombé sur une pub pour le SFLX, le SF Lindy Exchange. Comme le GLX. Ou pas… Ambiance détente du dimanche avec de la danse devant le Ferry building et le Bay Bridge pour le SFLX. Ambiance centre ville à Union Square pour le « Lindy in the Square ». Ambiance sportive dans un atelier à coté de la plage en été. Ambiance champêtre tous les dimanches au GGP pour le « Lindy in the Park ». Ambiance nocturne par tous les temps dans des clubs de jazz avec des jazz bands pleins de célébrités (« ha ouais il a pris cher le saxophoniste de James Brown… »). Bref ça danse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sutro Heights


Sutro Heights, c’est un grand parc crée par M. Sutro, un millionnaire d’il y a deux siècles, et maire de la ville, qui y invitait ses potes pour boire une bière sur une falaise qui donne sur l’océan. C’est beau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le polar du jour


Histoire de vous faire acheter du bon matériel et de pouvoir rire au nez de ceux qui sont très content de leur appareil qui tient dans la poche, voici par l’exemple les effets d’un filtre polarisant.

A la base, cela sert à éliminer les reflets perturbateurs comme sur les photos du pare-brise. Mais en fait, on s’en moque un peu des pare-brises. Il suffit de sortir de sa voiture pour prendre des photos sans reflets non ? (par contre, oui vous pouvez acheter aussi des lunettes de soleil polarisantes).Donc pour des cas plus intéressants, il faut regarder l’eau ou le ciel, grands pourvoyeurs d’ondes.

Pour ce qui est de l’eau selon l’effet recherché, on peut régler le filtre pour choisir si on préfère voir un joli plan d’eau tel un miroir ou si on préfère plutôt voir les poissons qui nagent dedans. Sur des photos d’un lac profond et de loin, la différence se verra plus dans le contraste avec le reste du décor : si le miroir est clair, les arbres seront plus sombres. Il n’y a pas de gagnant, selon ce qu’on veut obtenir une photo sera meilleure que l’autre. Ce qui est chouette, c’est qu’au lien de prendre 1000 photos à la minute, maintenant on peut en prendre 2000 pour être bien sur d’avoir le meilleur rendu…

Sur le ciel, l’effet est moins notable mais cela à tendance à donner un beau contraste dramatique entre le bleu du ciel et le reste de la photo.

Remarque : toutes les photos ont été prises avec le filtre, c’est juste son angle de rotation qui change entre les photos en double.

Et pour ceux qui confondent encore les ondes électromagnétiques avec la magie, voici un petit rappel des équations de Maxwell et de comment donc ca marche la polarisation. Interrogation demain matin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The Rock


Grand classique numéro 101 : Alcatraz

Pas de Sean Connery ni de Ed Harris en vue. On a pu donc profiter tranquillement d’une balade sur l’ile et d’un tour assez bien foutu de l’ancien fort et de la prison où l’on peut suivre les tentatives d’évasion et la vie des détenus comme le méchant Al Capone qui a pu y réviser sa compta.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

All in !


Une fois la nuit tombée sur le lac, la seule chose qui reste à faire en novembre, ce sont les casinos. Car le lac a eu la bonne idée d’être à la frontière de la Californie et du Nevada. En 5 mn à pied on se retrouve donc dans quelques casinos, qui sont quand même très loin de la classe et de l’ambiance de Vegas. Cela dit, on est tombé au moment d’un event des Words Series Of Poker qui durait toute la semaine. C’est finalement un des « sports » qu’il me restait a voir. Prix d’entrée d’un tournoi à partir de 350 $, 48h de jeu pour éliminer 500 concurrents et repartir plus lourd de 26.000 dollars. Comme à la télé : les gars avec le casque sur les oreilles, la poker face, le bruit des jetons qui résonnent entre les tables et le commentateur au micro pour la table finale.

Le lendemain, il a fait gris assez vite, on est donc parti sur Reno, NV. C’est assez complètement inintéressant, et sans les quelques autres casinos aussi très classiques (et la suite du WSOP), la ville aurait été rasée de la carte pour inutilité aggravée. Halalala Vegas…

Ce diaporama nécessite JavaScript.